Le fulgurant parcours scolaire d’Hugo Sbai, docteur à seulement 17 ans

Le jeune homme né en 2000 vient de valider sa thèse en informatique à l’université de Lille. Hugo a sauté cinq classes avant le bac grâce à une méthode développée par deux de ses tantes, et prépare aujourd’hui un second doctorat, à Oxford.

«Je ne suis pas un surdoué, tout le monde pourrait le faire». Hugo Sbai a le sens de la formule. Car ce qu’il a entrepris depuis la classe de CP ne parait pas vraiment à la portée du premier venu. À seulement 17 ans, il vient de valider un doctorat portant sur les systèmes de vidéosurveillance intelligents à l’université de Lille. Et il commence tout juste une autre thèse, cette fois-ci à l’université d’Oxford, en Angleterre, portant sur la cybersécurité. Son secret? Une méthode de travail façonnée par deux de ses tantes, elles-mêmes docteurs à Oxford. Méthode qu’il juge «réplicable pour tout élève».
» LIRE AUSSI - Et si la France misait enfin sur ses petits surdoués?
Hugo est né en 2000 à Orsay, dans l’Essonne (91), où il a passé une maternelle presque normale. Dès le début du primaire, il se retrouve dans une classe de «double niveau» CP/CE1, où son institutrice lui propose de sauter une classe. «À partir de ce moment-là, les choses ont un peu changé...» explique le jeune homme. En effet, ses deux tantes Meryem et Florence, avec qui vivent Hugo, ses parents et sa sœur, décident de donner un léger coup de fouet au parcours scolaire de l’enfant. «Elles ont très vite remarqué que dans les programmes de l’Éducation Nationale, on répète toujours la même chose trois fois, du primaire à la classe de terminale». Le jeune homme donne un exemple précis: «En histoire, durant tout votre parcours, vous aborderez trois fois l’antiquité gréco-romaine. Une fois vaguement au primaire, une fois moyennement au collège, et une fois en détail au lycée. Autant aller directement à cette troisième version!»

«Je suis passé directement de la sixième à la seconde»

Ses deux tantes décident alors d’acheter «tous les manuels de collège et de lycée» pour concocter un programme à Hugo qui lui permettent, dans chaque matière, d’aller directement au niveau baccalauréat. «Avec cette méthode, je suis passé directement de la sixième à la seconde. Puis j’ai eu le bac S avec mention TB au lycée Claude Bernard, à Paris où nous avions déménagé», raconte le jeune homme. Une volonté de battre des records de précocité? «Honnêtement, cela ne nous a jamais traversé l’esprit. Ma famille n’a jamais voulu me mettre en avant, même si les médias nous sollicitent depuis que je suis tout petit». Avant ce mois de mai et durant huit ans, Hugo et sa famille avaient en effet repoussé toutes les demandes d’interviews dans la presse.
«J’étais la mascotte du lycée!»
Hugo Sbai
Bien qu’étant arrivé au lycée à neuf ans, Hugo assure n’avoir jamais été ostracisé pour sa précocité. «Au contraire, dit-il. J’étais la mascotte du lycée! Je me suis toujours beaucoup amusé, j’ai toujours eu des amis. Comme tout le monde, j’étais invité aux anniversaires quand j’étais jeune, puis aux soirées un peu plus tard». Après son lycée parisien, Hugo décide d’embarquer pour la Suisse et l’École polytechnique fédérale de Lausanne en informatique. «Ma sœur, qui avait 18 ans à l’époque, venait de passer son bac et voulait faire exactement le même parcours que moi, raconte-t-il. Ça tombait parfaitement bien». En parallèle de ses études, Hugo commence une licence de droit à l’université Paris I Panthéon Sorbonne. Cinq ans plus tard, il sera diplômé des deux établissements et début février 2017, il commence une thèse sur les systèmes de vidéosurveillance intelligents à l’université de Lille. Et là encore, Hugo va agiter tous les chronos.
» LIRE AUSSI - Tests de QI, troubles émotionnels, difficultés: comment on repère les enfants précoces

«Démocratiser la méthode qui m’a permis d’en arriver là»

«J’ai eu la chance de pouvoir faire le tour du sujet assez rapidement, explique-t-il. La recherche est un domaine très large, il faut essayer plusieurs possibilités et publier des articles dans des revues scientifiques. Mais j’avais un superviseur génial, qui a su tirer le meilleur de moi-même et au bout d’un an, l’université a accepté que je soutienne ma thèse». Aujourd’hui, le jeune homme est donc déjà inscrit pour une nouvelle thèse en informatique, à Oxford.
Hugo Sbai a le temps de réfléchir à son futur, il n’est pas en retard. Mais il a déjà des idées claires de ce qu’il souhaite faire. «Je vais finir ma thèse en cybersécurité à Oxford dans trois ans, précise-t-il. Ensuite, j’aimerais être enseignant pour pouvoir démocratiser la méthode qui m’a permis d’en arriver là». Un épilogue qui paraît donc presque banal par rapport aux 17 premières années de sa vie. Mais c’est oublier qu’Hugo n’est pas vraiment un garçon comme tout le monde. «En fait, j’aimerais aussi travailler dans l’industrie, sur les systèmes informatiques», poursuit-il avant de conclure: «Ou alors être avocat». On l’aurait presque oublié, mais le jeune homme dispose aussi un master en droit. Et le barreau ressemblerait presque à une formalité.

ضع تعليقك هنا
الإبتسامات إخفاء